Étiquette : financement des retraites

Tous en GREVE le 24 juin 2010 !

Une retraite juste, Juste un droit !

Pour des résultats, tous en GREVE le 24 juin 2010 !

Rendez-vous au Peyrou, à 15h00

Face à un gouvernement qui reste campé sur l’allongement de la durée de cotisation et le report de l’âge légal de départ à la retraite, l’intersyndicale CFDT, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA, appelle à une nouvelle journée de mobilisation le 24 juin.
Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA se sont réunies le lundi 31 mai 2010 pour faire l’analyse de la journée de mobilisation du 27 mai pour l’emploi, les salaires et les retraites et pour envisager les suites.
Elles portent une appréciation positive sur la dynamique de mobilisation qui a rassemblé les salariés du public et du privé, les retraités, les privés d’emploi, les jeunes alors que les annonces gouvernementales, notamment de reporter l’âge légal de départ en retraite, ont été faites 3 jours avant cette journée.
Les organisations syndicales rappellent que :
  • la remise en cause de l’âge légal à 60 ans est inacceptable et injuste, en particulier elle fait porter les efforts sur les salariés qui ont commencé à travailler tôt et les travailleurs et travailleuses les plus précaires ;
  • la reconnaissance de la pénibilité est incontournable et ne peut se concevoir à partir d’un examen médical ;
  • la question des nouvelles ressources reste pleine et entière ;
  • La situation de l’emploi se dégrade, notamment pour les jeunes et les seniors, nécessitant une autre politique de l’emploi.
Les orientations du gouvernement ignorent l’essentiel des exigences formulées par les organisations syndicales.
Le gouvernement, avec mépris, a affirmé vouloir maintenir le cap sans prendre en compte la mobilisation des salarié(e)s. Il écarte toute idée d’un véritable débat et distille son projet au fil de l’eau. C’est inacceptable.
Le gouvernement reste campé sur l’allongement de la durée de cotisation et le report de l’âge légal de départ à la retraite. Taxation des hauts revenus et des revenus du capital, harmonisation éventuelle entre le public et le privé… autant d’incertitudes et d’inquiétudes sur ses véritables intentions !
Rien n’est joué ! Le projet de loi devrait être présenté autour du 18 juin.
L’intersyndicale se retrouvera régulièrement tout au long du processus qui court jusqu’à l’automne. Elle précisera ses analyses, continuera à faire connaître ses propositions et affinera ses mots d’ordre. Elle continuera à convaincre les salarié(e)s que leur intervention est indispensable. Elles décident et appellent les salarié(e)s du public et du privé, les retraités, les privés d’emploi, les jeunes à une nouvelle journée de mobilisation le 24 juin 2010.

Mobilisons nous, sans exception, pour les actions que nous avons décidé de mener.

Tous en GRÈVE le 24 juin 2010 !

A Montpellier, manifestation au départ du Peyrou, à 15h00

Retraite : La CFDT ne jouera pas les bons élèves de la réforme

En dépit du rythme rapide voulu par l’exécutif, la CFDT ne veut pas finaliser sa position sur les retraites avant son congrés du 7 au 11 juin à Tours.

Photo de François Chérèque
François Chérèque

On ne l’y reprendra plus. En 2003, François Chérèque avait payé au prix fort son soutien à la réforme des retraites de François Fillon. Plusieurs milliers de militants avaient quitté la CFDT pour faire connaître leur mécontement. En 2010, alors que le nombre d’adhérents vient tout juste de remonter au niveau de 2002, le leader de la CFDT ne retombera pas dans le piège de la décision en solitaire.

Le congrès de son organisation, qui se tient du 7 au 11 juin à Tours, sera l’occasion rêvée de mener un débat démocratique et d’associer les militants aux décisions. “Le fait que notre congrès tombe en plein débat sur les retraites ne nous simplifie pas la tâche. Mais il n’y a pas beaucoup d’organisations syndicales qui ont la chance d’être aussi démocratiques”, insistait, vendredi matin, François Chérèque devant la presse.

Trois débats

Lors du congrès, les retraites seront traitées à l’occasion de trois débats. Le premier portera sur les conditions acceptables d’une augmentation de la durée de cotisation, en lien notamment avec l’augmentation de l’espérance de vie. Le deuxième sur le financement des retraites et le dernier sur l’unification des règimes pour trouver une solution pour les polypensionnés, pénalisés faute d’harmonisation.

Courage politique

En faisant des retraites l’un des éléments centraux – même s’il est loin d’être le seul – de son congrès, François Chérèque temporise par rapport au calendrier très rapide voulu par le gouvernement. En réclamant un large débat de société et une réforme systémique, il souligne également en creux le manque d’ambition de la réforme envisagée par l’exécutif. “Le Premier ministre parle d’une réforme structurelle. C’est quoi une réforme structurelle où on ne touche qu’à un paramètre?”, soulignait, vendredi, François Chérèque, s’interrogeant quelques minutes plus tôt sur “ce manque de courage politique”.
Autre manière de faire oublier le précédent de 2003, la CFDT participe activement aux travaux de l’intersyndicale au point d’en constituer le pivot avec la CGT. Reste à savoir si cette unité perdurera lorsque le projet gouvernemental se précisera. Mais dans l’immédiat, François Chérèque savoure le moment…

Propos recueillis par Agnès Laurent